Subscribe via RSS Feed

Gilles Caron par Marianne Otero

Publié dans Les Coups de coeur par le 1 mars 2020

Le  regard de Gilles Caron  va s’éclipser des écrans de cinéma et  le film de Marianne Otero  doit être salué pour avoir mis dans la lumière l’ œuvre de ce tout jeune photographe disparu à 30 ans et de nous avoir emmenés  avec son œil  à elle, curieux, scrutateur, sondeur, bienveillant, sur un chemin de découvertes visuelles. 

« Histoire d’un regard », est une enquête sur plus de 4000 planches contacts pour reconstituer l’itinéraire photographique de Gilles Caron, depuis son service militaire en Algérie jusqu’à sa disparition au Cambodge en 1970. Que de pays parcourus dans sa courte vie de photographe, le plus souvent aux avant-postes de conflits majeurs de la décennie 1968- 1973, avec quelques intermèdes paparazzi dans les mondanités des beautiful people.. 

Le défi d’être à la « bonne place », de flairer le bon angle de vue, de vouloir l’image qui transpire le ressenti du photographe et du sujet photographié, est visible dès la série sur  Mai 68 et la fameuse photo du regard goguenard de Cohn Bendit vers un casque de CRS. Puis   le photographe va se trouver dans des situations de guerre où il montrera un talent pour saisir une ambiance, des acteurs plus ou moins perdus dans des jeux de rôle, et les à-côtés du sujet principal. L’analyse entomologiste des planches de Gilles Caron lors de la guerre des 6 jours et la reconquête de Jérusalem par Moshe Dayan est fascinante. Marianne Otero  déchiffre les planches contact comme des hiéroglyphes et avec l’aide d’un ami, nous restitue le parcours du photographe, après qu’il ait  quitté le groupe, et qui, avec ce « pas de côté » va découvrir le mur des lamentations, rencontrer et suivre Moshe Dayan et témoigner d’expulsions et exécutions sommaires. Les reportages au Vietnam, au Biafra sont éprouvants et le conflit nord- irlandais dans les années 1960   semble moins brutal alors que cette guerre fratricide a laissé des stigmates comme en témoignent quelques proches d’acteurs de cette guerrilla retrouvés par Marianne Otero.

La bande son du film épouse fort bien  le fil des photos de Gilles Caron dont la qualité et la force sont palpables, d’autant que le temps de pose sur chaque photo est ajusté à cet effet. Le film exhume le regard photographique de Gilles Caron  pour le grand public et offre une enrichissante leçon de lecture des planches contact argentiques  et des surprises qu’elles recèlent. .    

Ilisabet

Tags: