Les Cafés Images en 2014

k295_pointdoc

Samedi 3 mai 2014
Rencontre avec l’équipe du festival pointdoc
Galerie Esther Woerdehoff

Le festival pointdoc est né du constat qu’il existe peu de moyens de diffusion pour les films documentaires d’auteurs. Il nous est alors apparu judicieux d’utiliser Internet pour offrir le cinéma documentaire au plus grand nombre. Le festival pointdoc entend donner sa chance à des jeunes auteurs, et révéler ou redonner vie à des oeuvres peu ou pas visibles. C’est là, la deuxième mission du festival : donner à voir des films qui ne trouvent leur place ni en télé, ni en festivals. Pour sa 4ème édition du 30 mars au 27 avril 2014, 20 films documentaires seront proposés en accès libre.

 


Samedi 5 avril 2014
Rencontre avec Alain Escourbiac
Galerie Esther Woerdehoff

« Alain Escourbiac est venu partager sa passion de l’impression de qualité au service des livres illustrés. »
« Il nous a expliqué l’importance des échanges avec les auteurs, et l’accompagnement personnalisé qu’il leur propose dans le seul but d’un résultat final respectant leur œuvre et les lecteurs. »

 


Samedi 1 mars 2014
Présentation de leur portfolio par les adhérents de Gens d’images qui le souhaitent
Galerie Esther Woerdehoff

Ces Cafés Images sont l’occasion de rassembler les membres de l’association qui souhaitent se rencontrer pour échanger idées et points de vue sur les images: photographies, arts graphiques, arts plastiques, vidéo… Nous y discutons création, production, utilisation d’images et mettons en perspective les évolutions numériques, techniques, juridiques, esthétiques qui transforment le monde et ses représentations. Cette fois-ci nous ferons plus particulièrement le point sur les activités de l’association. Toutes les idées, réflexions et contributions seront les bienvenues.

 


Samedi 1 février 2014
Rencontre avec Juliette Agnel, Photographe et vidéaste
Galerie Esther Woerdehoff

« Juliette Agnel a fabriqué en 2011 une camera obscura numérique, outil d’expériences mêlant l’esthétique “primitive” de la photographie pauvre et celle, contemporaine et novatrice, du numérique. Le temps de pose est long, une durée nécessaire à l’artiste pour entrer dans la matière et pour que vive cette maturation intérieure des émotions. La facture chromatique, le grain et la lumière de ses photographies, à la limite de la pratique pictorialiste, est obtenue grâce à ce travail complexe et sophistiqué sur la matière et sur la durée d’une image. Ainsi le medium photographique dilate le temps, fait passer du cinéma à la peinture et permet au spectateur d’être transporté dans une dimension onirique.  » M. L. Cavaliere