Nuages.Camera obscura, Paris

Le charme de l’au-dela © Gilbert Garcin

Les nuages, comme la mer, sont immuables bien que toujours changeants
Depuis le début de l’humanité ils peuplent notre imaginaire comme le ciel au dessus de nos têtes. Si nous levons les yeux vers eux, nous pouvons sentir cette communauté de regard, ancestrale, ce lien par delà le temps et l’espace.Leur appel est irrésistible. Tantôt ils animent le ciel d’architectures immenses et mouvantes, tantôt ils le voilent ou le désertent. Les nuages déterminent notre humeur.
Insaisissables et changeants, ils captent et transforment la lumière, offrant un spectacle dont on ne peut se lasser. Leurs variations infinies nous offrent parfois une combinaison si exceptionnelle qu’on la dirait divine. Le nuage est aussi un objet de méditation : souffle et forme fugace, comme la matérialisation subtile et vaporeuse d’une âme.

Cette exposition rassemble des oeuvres d’une quinzaine d’artistes de la galerie :
Michael Ackerman, Kristoffer Albrecht Rosa Artero, Jeffrey Conley, Marcelo Fuentes, Gilbert Garein, Michael Kenna, Jungjin Lee, Arno Rafael Minkkinen, Jean-Baptiste Née, Jane Norbury, Françoise Nunez, Bernard Plossu, Pentti Sammallahti, Christopher Taylor et Yamamoto Masao

Jusqu’au 2 avril
Galerie Camera obscura
268 bd Raspail
75014 Paris